27 mai 2013

Chambres d'hôtes à Nolay - avis du jour

Quelle gifle, quelle leçon aussi et quelle aventure finalement rigolote.


Voici ma première remarque négative depuis bientôt 7 ans que l'on a ouvert nos chambres d'hôtes, ici à Nolay.
Une page entière dans le livre d'or.

Des mots négatifs et destructeurs écrits et aboyés qui dépassent la noblesse de la critique constructive.

J'avoue que c'est très destabilisant.



La première étape a commencé par une remise en question sincère sur le bienfondé de ces reproches, chercher entre les lignes, entre les mots, l'action positive à mener, les transformations utiles à adopter …

… puis j'ai passé plus du temps à me replonger dans la philosophie Toltèque pour reprendre confiance en moi:

" Pour se protéger contre les mots agressifs et nuisibles lancés par autrui, il faut adopter un bouclier que représente le 2ème accord Toltèque: ne pas en faire une affaire personnelle.
En effet, je ne suis pas responsable du ressenti de chacun. Je ne suis pas non plus responsable de ce qu'ils disent ni de ce qu'ils font.
L'autre moyen de se protéger est de ne pas faire de suppositions (3ème accord) fruits d'une imagination fertile et principalement négative qui entretient colère et peur. 

Je fais de mon mieux (4ème et dernier accord) pour accueillir mes hôtes en toute simplicité et le plus humainement possible et partager avec eux notre art de vivre sous le toit de cette maison  du XVème ou XVIème siècle
Ce dernier principe permet d'éviter les méfaits d'une culpabilité destructrice, tellement fréquente et collante chez la plupart d'entre nous.

Cette philosophie est certes très bénéfique cependant je ne dispose pas encore de toutes les clés. Je veux m'en imprégner, qu'elle soit sincère et profonde en moi. Je sais que … j'y arriverai un jour … j'y arriverai …

Et puis ultime rebondissement, il y a quelques jours :
Après le départ de mes hôtes, un jeune couple charmant avec deux très jeunes enfants (2 et 5 ans) faisant un tour de Bourgogne en vélo (malgré le froid et la pluie) - j'ai pu voir sur le livre d'or que Anne, la jeune maman, avait découpé cette page noircie en y laissant un mot d'explication et en signant son acte.
Elle écrit que "ce mot n'a pas sa place ici…"

Quand bien même je l'aurais souhaité, je me serais interdit de supprimer ce commentaire. Le faire m'aurait juste confirmé que j'étais encore loin de ma démarche personnelle et quotidienne de recherche de paix intérieure, de respect et de tolérance.

Cependant, bien qu'un peu gênée, j'avoue sans honte avoir été touchée et avoir bien rigolé toute seule en découvrant cette action délibérée. Depuis ce jour, je me sens plus légère, je pense que je me sens comprise, tout simplement.
Merci Anne !!


2 commentaires:

  1. Bravo Anne courageuse et résolue!
    Elisabeth et Roland

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi. Et tellement sympathique en plus …

      Supprimer

Je vous remercie de participer à la vie du blog Esprit d'un Moment.

Attention !
n'oubliez pas de recopier les lettres tordues du Captcha qui vous sont demandées lorsque vous cliquez sur "publié" sous votre message.
(on ne les voit pas bien !)